L’hiver, le cadre de la dépression saisonnière.

La dépression saisonnière fait partie d’un trouble psychologique de la famille des dépressions. Ce problème récurrent chez de nombreuses personnes arrive principalement lorsqu’arrive l’hiver. Pour pallier à cela, il existe des principes simples comme prendre plus souvent l’air qu’à l’accoutumée. Le froid étant présent, nous avons plutôt tendance à rester cloitré dans nos maisons et nos appartements. Heureusement, la technologie pouvant parfois être très utile, la luminothérapie est une alternative extrêmement intéressante. Le manque de lumière étant à la base de la dépression saisonnière, la luminothérapie a de très bons arguments pour palier à cela.

La dépression saisonnière touche les femmes et les hommes

Même si les hommes ne sont pas exempts d’être touchés par la dépression saisonnière, les femmes pourtant sont plus enclines à la subir. Pour tout le monde, le changement d’heure et de saison est un peu déprimant, mais 3,5 femmes pour un homme en font une véritable dépression. La dépression saisonnière est à traiter naturellement par la lumière dans un premier temps.

5% des français souffrirait de la dépression saisonnière chaque année. 15% supplémentaires sont à ajouter, même si ceux-ci font face à des difficultés hivernales plutôt qu’à une véritable déprime. Les troubles et symptômes sont assez évidents, puisqu’ils agissent directement sur l’humeur : idées noires, irritabilité, anxiété, soucis de concentration, problèmes d’endormissement, sommeil non réparateur, lassitude, fatigue très importante. Le facteur déclenchant commun est clairement identifié : un déficit de luminosité naturelle.

Des symptômes précis de la dépression saisonnière

La dépression saisonnière arrivant en automne et/ou en hiver peut apparaitre en octobre et novembre vers l’âge de 25 ans et disparaitre au début du printemps. Il n’est pas obligatoire qu’elle survienne tous les ans (selon les aléas rencontrés au long de l’année). Mais, il faut pour parler de dépression saisonnière chronique, que le critère temporel daté dans ces deux périodes de l’année (entrée et sortie de la maladie) soit récurrent. Avec une condition très importante : qu’il n’y ait pas d’autres facteurs déclenchants d’une dépression.

Le traitement par la luminothérapie

Traitement par la luminothérapie
Lampe de luminothérapie

Une véritable dépression saisonnière se traite et se soigne par la luminothérapie (ou photothérapie). Une lumière blanche très intense dégagée d’UVA et d’UVB est diffusée à raison de 10000 lux entre 30 et 45 minutes tous les matins pendant la durée hivernale. La portée du traitement est plus efficace si elle est effectuée le matin, au réveil.

En général, la personne se place devant un écran qu’elle va fixer pendant plusieurs secondes toutes les minutes. La lumière étant placée dans son champ de vision, elle ne l’empêche donc pas de vaquer à ses occupations quotidiennes. La quantité de lumière émise vers la rétine dépend de la distance entre l’appareil et le visage.

C’est pour cette raison que les lunettes de luminothérapie ont vu le jour et ont aujourd’hui un tel succès, elles permettent de profiter pleinement de la luminothérapie tout en restant libre de ses mouvements.

Derrière une dépression saisonnière peut se cacher une dépression plus profonde

Il est tout à fait possible de faire une cure de luminothérapie sans avis médical, cependant le risque est de passer à coté d’une dépression plus grave qui ne serait pas saisonnière et donc par extension que la lumière ne traiterait pas. C’est pour cette raison logique, que de consulter un médecin est la première chose à faire.

Si cela est avéré, la luminothérapie saura vous faire garder le moral jusqu’au retour de jours plus cléments, au retour de l’éveil de la nature printanière.