Stress au travail: Un retour sur soi vital

dans Réflexion par
Stress au travail: Un retour sur soi vital
5 (100%) 1 vote

Le stress au travail est tout comme le mal de dos, un mal du siècle. Et même si 72% des personnes interrogées disent être soumises au stress dans leur métier, il est parfois difficile de franchir le pas et de chercher des solutions pour l’endiguer. Aujourd’hui, certaines méthodes de développement personnel insistent sur le “coping”, qui invite à faire face aux problèmes. Cette autoanalyse, permet selon Lazarus (1984), de lutter contre le stress en ajustant ses émotions selon les soucis rencontrés.

Existe-t-il un bon stress ?

Une légende raconte que le bon stress permettrait aux employés de donner le meilleur d’eux-mêmes, tandis qu’au contraire, le mauvais stress agirait négativement sur la santé. Cependant, il n’existe aucune étude scientifique validant cette hypothèse, mais il en résulterait un effort d’adaptation du corps nécessaire pour y pallier. Il existe une différence entre le stress aigu et le stress chronique. Le stress aigu résulte d’une réaction face à un problème ancré dans un temps précis (rendez-vous important, situation impromptue…) mais s’estompe peu à peu après. Le stress chronique quant à lui, est une réponse corporelle qui s’inscrit dans la durée et a des effets néfastes sur la santé.

Une approche cognitivobiologique

Le stress résultant d’une demande ressentie par l’organisme, une explication biologique simplifiée ne permet pas d’avoir tous les arguments nécessaires pour le comprendre. Pour exemple, en 1985, Cox and Cox, remarquent des différences de sécrétions hormonales (adrénaline, noradrénaline), en fonction du type de travail et de sa rémunération. La conclusion de cette étude, observe que la noradrénaline est en relation avec l’activité physique, alors que l’adrénaline est en rapport avec les ressentis.

Le stress au travail ne concerne pas uniquement ses rapports avec la hiérarchie

Les causes du stress au travail

Le stress peut évidemment découler de mauvaises relations avec ses supérieurs, leurs exigences peuvent provoquer des situations stressantes dites de “pression”. Cependant, de mauvaises relations avec les collègues, les commérages, des clients difficiles, l’insécurité de l’emploi, peuvent toucher psychologiquement les employés.

L’adrénaline peut évidemment donner du tonus et certaines personnes réagissent positivement à cette poussée d’hormone, répondant alors aux situations d’angoisses. Cependant, d’autres individus peuvent se sentir démunis, abattus, démotivés. Ces désagréables ressentis peuvent avoir un effet négatif sur le comportement.

  • Perte de sens de l’humour
  • Esprit querelleur
  • Défaitisme

Mais peut entrainer également des dysfonctionnements physiques :

  • Fragilité contre les virus
  • Fatigue chronique
  • Dépression

Le stress au travail touche également les freelances, notamment dans le domaine du digital. Ces nouveaux métiers, de par leurs spécificités, peuvent amener si l’on n’y prend garde, à une désocialisation qui peut à terme, impacter directement ces nouveaux entrepreneurs qui travaillent pour la plupart de chez eux. Une mauvaise posture lors de l’exécution des taches, une hygiène alimentaire déséquilibrée, un temps de travail décuplé par le fait d’être constamment au boulot et surtout, un déficit relationnel dans la vie “réelle”, coïncident souvent avec des symptômes dépressifs. Le burnout peut être alors plus difficilement identifiable, vu l’isolement de ces nouveaux entrepreneurs.

Le développement personnel managérial en guise de réponse

Certaines entreprises avec des employés ont compris l’importance du développement personnel. Ciblant les besoins spécifiques d’épanouissement de chaque individu en revalorisant leur vie personnelle, cette méthode peut permettre de recentrer l’individu dans ses aspirations et de mieux gérer son stress.

Deux méthodes prédominent

  • Travailler sur la motivation des employés dans un esprit de cohésion d’équipe.
  • Un investissement personnalisé pour valoriser l’enjeu humain dans l’entreprise.

Des approches cognitives pour réduire le stress

Certaines entreprises ont décidé de miser sur des approches différentes pour réduire ce problème, un déficit de spiritualité dans la vie des individus peut rendre la tache d’amoindrissement du stress plus délicat. C’est pour cela que des sociétés n’hésitent pas à se tourner vers des approches moins conventionnelles pour leurs employés comme par exemple :

  • L’hypnothérapie
  • La sophrologie
  • Le feng shui
  • Le chi qong
  • Le reïki
  • Le zen

Le voyage, la réponse pour se déconditionner ?

Le voyage reste aujourd’hui une des meilleures façons de se ressourcer. Le dépaysement peut mener à une meilleure connaissance de soi. C’est pour cela que certains dirigeants n’hésitent pas à investir dans des stages se déroulant à l’autre bout du monde. Pour la plupart, il s’agira de faire découvrir d’autres cultures et d’autres approches du sens de la vie. Le voyage spirituel fait des émules, en conséquence, certaines destinations exotiques pour aller à la rencontre d’autres cultures sont prisées: Amazonie, Inde, Népal… Ces stages ont pour but de favoriser un choc des cultures vertueux permettant un bienfait thérapeutique efficient. L’objectif, mieux vivre les conditionnements modernes qui poussent l’homme toujours plus loin dans sa perte de repères.

Les bienfaits de la musique sur le stress

Selon une étude menée au Canada par l’université McGill sur 24 étudiants, la musique agirait positivement sur la santé et en particulier sur le stress.

La musique permettrait de se détendre et aurait des effets plus puissants que la prise d’anxiolytiques. Par ailleurs, l’écoute de la musique est moins invasive que les traitements médicamenteux. D’après les études canadiennes, le fait d’écouter de la musique interagirait avec des réactions chimiques du corps et notamment, diminue le niveau de Cortisol, l’hormone du stress.

Le test, consistait, pour les cobayes, à préparer un entretien d’embauche en 10 minutes. Au moment de l’entretien, toutes leurs notes ont été retirées. A la fin de l’expérience, deux groupes ont été scindés avec pour obligation de se reposer. A la différence, qu’un groupe a bénéficié d’un casque stéréo avec du Mozart en guise de musique… Par la suite, les étudiants ont été soumis à un test de cortisol salivaire. Les résultats ont indiqué que chez les cobayes privés de musique, le stress s’est prolongé, alors que chez les autres le stress retombait.

Cependant, en serait-il de même si les étudiants avaient écouté un autre genre de musique ?

En 1993, des neurologues et psychologues californiens, Frances Rauscher et Gordon Shaw, ont soumis une trentaine d’étudiants à l’écoute d’une œuvre de Mozart. Après 10 minutes d’écoute, un test d’intelligence spatial rapportait des résultats supérieurs à 8 points. En 1999, une autre étude menée par 3 universités différentes (dont celle de Montréal) a invalidée cette thèse. Le génie de Mozart ne se transmet donc pas mais son écoute lutte contre le stress, et c’est déjà beaucoup.

Les chiffres du stress au travail

L’ESENER (European Survey of Enterprises on New and Emerging Risks) a présenté en 2010, une étude menée en 2009 sur les causes du stress dans 32 pays européens. Ce qui ressort dans cette étude est tout d’abord la pression du temps, des délais impartis aux travailleurs. Une entreprise sur 4, met en exergue l’insécurité de l’emploi, les problèmes de communication entre les managers et les employés et le peu de solidarité entre collègues. C’est la pression du temps qui engendrerait pour beaucoup, la peu d’émulation et l’intérêt restreint pour les collègues de travail. L’insécurité de l’emploi pousseraient les salariés dans une démarche individualiste et contribuerait au repliement sur soi.

Les principales causes du stress au travail

Causes psychosociales du stress au travail.% D'entreprise
Pression du temps52%
Interactions avec les clients... Elèves peu coopératifs...50%
Insécurité de l'emploi27%
Faible communication entre managers et salariés
27%
Faible coopération entre les collègues
25%
Horaires de travail longs ou irréguliers22%
Problèmes relationnels avec sa hiérarchie19%
Manque de contrôle de l'employé sur l'organisation du travail19%
Manque de clarté de la politiques des ressources humaines14%
Discrimination (raciale, sexuelle...)7%

Il ressort de cette étude que dans environ 20% des entreprises, les salariés appuient sur les carences relationnelles, qu’elles soient avec la hiérarchie ou entre collègues.

Les secteurs d’activités générant le plus de stress (Europe)

Les problèmes de santé rapportés par les salariés

Par ailleurs, une analyse plus poussée démontrait que les travailleurs indépendants ayant des employés, étaient plus enclin à souffrir du stress (40%), puis les salariés (29%) et enfin les indépendants sans employés (24%).

Les problèmes psychosociaux liés au travail

Problèmes psychologiques liés au travail

Selon une étude Eurostat menée en 1999, le stress apparait comme étant le problème psychosocial le plus souvent évoqué (1/4), l’irritabilité (1/10) et 19% parlent de problèmes de violences physiques (les 5 dernières lignes du tableau)…